du 8 juillet 2021 au 9 juillet 2021
  • Recherche

  • Culture

Publié le 28 juin 2021 Mis à jour le 6 juillet 2021

Claude Pélieu : courts-circuits & visions disjonctées

Illustration colloque Claude Pélieu
Illustration colloque Claude Pélieu

Colloque organisé par James Horton (ENS, ED 540), Peggy Pacini (MCF CY, Héritages) et Frank Rynne (MCF CY, AGORA) les 8 et 9 juillet 2021 - En présentiel (University of Chicago Center in Paris) et en visioconférence

Colloque
8 et 9 juillet 2021

Claude Pélieu : courts-circuits & visions disjonctées

Lieu : University of Chicago Center in Paris - 6 rue Thomas Mann - Paris 13
Possibilité de suivre le colloque également en visioconférence (la jauge étant de 30 personnes)

S'inscrire pour y assister par Zoom ou en personne

Ce colloque international est le premier colloque scientifique consacré à Claude Pélieu. Il s’attachera à revenir sur les différents aspects du travail de ce passeur et créateur franco-américain – traduction, poèmes, romans, albums, journaux-collages, collages, frottage, cut-ups, et mail-art (comme notebook ininterrompu à l’échelle planétaire) – dont l’ensemble de l’œuvre est fondamentalement transatlantique et libertaire. Lawrence Ferlinghetti disait de lui qu’il était « le plus satirique rapper en franglais, le plus maniaque mail-art maestro, le plus far-out collagiste », pointant déjà le caractère inclassable d’une œuvre protéiforme et en constante exploration, évolution et mutation.

Programme du colloque

Cet événement sera l’occasion d’explorer l’écriture court-circuitée de Pélieu (les influences surréalistes mais aussi les différentes déclinaisons du cut-up, collage, ready-made, etc.) et de revenir sur ce processus-même de création, comme un regard acéré porté sur le monde contemporain à travers une écriture toute aussi corrosive. Ce colloque se propose d’explorer les collages et les textes de Claude Pélieu mais aussi les textes collectifs auxquels il contribue en interrogeant les dimensions formelles (héritage, filiation, décloisonnement, déconstruction, fragmentation), politiques (pamphlets, manifestes), linguistiques de ceux-ci, ainsi que leur valeur radicale et expérimentale.

Parallèlement, ce colloque vise à explorer les différentes formes qu’a prises la correspondance de l’écrivain avec d’autres artistes et écrivains et le mail-art comme construction non seulement d’une communauté d’écrivains, mais comme un dialogue transatlantique riche et fécond de l’avant-garde et de la contre-culture entrepris notamment par le biais de la traduction, mais aussi de l’écriture collaborative ou de l’écriture en réseau (Nuttall, Pélieu, Weissner, Burroughs). Réseau qu’il construit d’ailleurs par l’entremise-même de poèmes dédiés à toute une génération de poètes, sorte d’Internationale poétique avant-gardiste contre-culturelle et mutante (Dernière Minute Électrifiée, 1969 ; Studio Réalité, 1999).

Cette rencontre scientifique permettra aussi de revenir sur les traductions-adaptations du couple Pélieu-Beach (auto-traductions et traductions d’autres écrivains et poètes de la Beat Generation et de la contre-culture) et de nous interroger tant sur les traductions elles-mêmes que sur la traduction-adaptation comme double de dissémination de textes à caractère subversif.

Enfin, il redonnera toute sa place à Mary Beach, sa femme, traductrice, éditrice, peintre et collagiste, première femme à pratiquer le cut-up (Electric Banana, 1975), dont l’influence sur le travail de Claude Pélieu a été déterminante. En effet, peut-on parler de l’œuvre de Claude Pélieu quand celle-ci semble tant chevillée au binôme qu’il formait avec Mary Beach, tant leur travail est indissociable (traductions conjointes, traduction des textes de Pélieu par Beach, œuvre commune entre 1989 et 1993) ? Leur collaboration littéraire et artistique constitue une véritable « œuvre croisée » qui, dès le début, est animée par une visée stratégique de subversion de la culture dominante.

Annonce du colloque sur Facebook 
 
Le 9 juillet à partir de 18h, ce colloque sera suivi d'une exposition et d'un pot de clôture à Treize - 24 rue Moret - Paris 11
Annonce de l'exposition sur Facebook