le 22 octobre 2021
  • Recherche

Publié le 24 septembre 2021 Mis à jour le 22 octobre 2021

Les pratiques artistiques environnementales autochtones comme réponses à la pollution : recherches comparatives entre les Amériques et l’Océanie

Affiche Pratiques artistiques
Affiche Pratiques artistiques

Participation de Mylène Charon (chercheure associée à Héritages) au colloque "Les pratiques artistiques environnementales autochtones comme réponses à la pollution : recherches comparatives entre les Amériques et l’Océanie", à université de Brest, les 21 et 22 octobre 2021

COLLOQUE INTERNATIONAL
Les pratiques artistiques environnementales autochtones comme réponses à la pollution: recherches comparatives entre les Amériques et l’Océanie
21-22 octobre 2021
Université de Brest

Organisé par :
Estelle Castro-Koshy, Senior Researcher, James Cook University
Géraldine Le Roux, MCF, UBO/CRBC et James Cook University
Jean-Marc Serme, MCF Études étatsuniennes, IdA-Brest et HCTI, UBO

À travers l’analyse des pratiques artistiques autochtones ou d’artistes travaillant en étroite collaboration avec des communautés autochtones, ce colloque vise d’une part à déterminer les modalités selon lesquelles les sociétés autochtones perçoivent et interagissent avec la pollution et les substances toxiques qui affectent leurs territoires et lieux de vie. Il s’agit d’autre part d’examiner comment des réflexions sur les déchets et leur recyclage éclairent les discours sur la souveraineté autochtone, et comment la notion de souveraineté telle qu’elle est comprise, vécue et définie par les autochtones nourrit et influence des pratiques artistiques qui réagissent aux défis environnementaux contemporains.

Les sciences humaines et sociales s’intéressent de plus en plus au «déchet», également défini comme «discarded», «rebut», «reste» (Joulian, Tastevin & Furniss, 2016), informant de ce que disent nos poubelles (Rathje & Murphy, 1992) et rendant compte des processus de recyclage, qu’ils soient faits par le biais d’indépendants (Duclos, 2015), d’artistes (Laviolette, 2006) ou institutionnalisés voire industrialisés. Le recyclage des métaux et résidus toxiques et nucléaires commence également à être traité (Garcier, 2014).

Cette manifestation se propose d’être une plateforme pour articuler pollution, recyclage, art et souveraineté autochtone, en particulier dans le rapport qu’entretiennent les communautés et les artistes avec l’océan et l’eau en général. Les auteurs pourront aborder ces thèmes à partir des axes et questionnements suivants.

Programme et modalités d'inscription

L'intervention de Mylène Charon (chercheure associée à Héritages) aura lieu le 22 octobre à 10h.
Elle est intitulée : Un cas de souveraineté littéraire Murri (Australie) : les esprits ancestraux aquatiques dans « Water » d’Ellen van Neerven.

Mylène Charon
est docteure en littérature comparée CY Cergy Paris Université. Sa thèse, soutenue 2020, explore la notion d’un féminisme « blak » autochtone australien, à travers l’étude de la représentation des rapports de sexe et de race dans la poésie et l’art contemporains des Premières Nations d’Australie.