IRN HITAL


Logos IRN HITAL
Logos IRN HITAL

International Research Network (IRN), INSHS-CNRS

Histoire transatlantique des anthropologies d’Amérique latine (HITAL)


Pendant cinq ans (2022-2026), l’IRN HITAL, dirigé par Christine Laurière (CNRS, Héritages), réunit un consortium de trente-cinq chercheurs, universitaires, doctorants et post-doctorants du CNRS, du Conicet (Argentine), du Centro de investigaciones históricas y antropológicas (Bolivie), du Museu Nacional/Universidade federal do Rio de Janeiro, de l’Universidade de São Paulo, de l’Universidade estadual de Campinas (Brésil), de l’Institut colombiano de historia y antropología (Colombie), du Centro em rede de Investigação e antropologia (Portugal).

Voir la présentation en français sur le site de Bérose

Voir la présentation en anglais sur le site de Bérose

Le projet HITAL s’inscrit dans le cadre des recherches menées dans Bérose - Encyclopédie internationale en ligne des histoires de l'anthropologie, revendiquant une pratique et une écriture renouvelées de l’histoire de l’anthropologie, dans le sillage des World Anthropologies, nées en Amérique latine à la fin du XXe siècle. Tous les partenaires de l’IRN HITAL sont déjà associés à Bérose. L’ambition scientifique d’HITAL est de produire une histoire transatlantique (XIXe-XXIe siècles) de l’ethnographie et de l'anthropologie dans plusieurs pays sud-américains : Argentine, Bolivie, Brésil, Colombie, avec une dimension comparatiste s’intéressant à toute l’Amérique latine et à l'aire caribéenne. L’anthropologie occupe une position singulière dans la construction des États-nations en Amérique latine. L’enjeu principal est de contribuer à la pluralisation de l'histoire de l'anthropologie, en restituant d’autres canons et pratiques scientifiques. Il s’agit aussi de favoriser la reconnaissance et la compréhension de la variété de ses acteurs, enjeux, pratiques, débats, institutions, significations, fonctions et rôles scientifiques, culturels, sociaux et politiques. Une attention particulière sera prêtée aux ancêtres exclus et aux ethnographes non professionnels, aux interlocuteurs sur le terrain, aux communautés autochtones historiquement liées aux projets anthropologiques et qui occupent une place de plus en plus importante dans la construction du savoir et l’animation d’institutions muséales, portant un discours alternatif qui bouscule les prémisses heuristiques de la discipline. Les partenaires et scientifiques engagés dans HITAL restitueront le fruit de leurs recherches dans des publications en ligne (en français, espagnol, anglais, portugais) en libre accès dans Bérose.

Les anthropologies sud-américaines sont-elles solubles dans l’anthropologie en général ? Les anthropologies en Amérique latine offrent-elles une autre façon de penser et pratiquer l’anthropologie, renouvellent-elles, subvertissent-elles les canons académiques qui se sont imposés dans les pays du « centre », érigés en modèles de traditions scientifiques (Europe, Amérique du Nord) ? Sur quels malentendus, sur quels postulats se sont construits les savoirs et théories anthropologiques qui se sont développés depuis les terrains sud-américains ?

Les travaux menés dans le cadre d’HITAL s’articulent autour de plusieurs axes de recherche :

  • les connections transatlantiques Europe-Amérique latine, voire Afrique, déterminantes dans le développement de la littérature ethnographique et du savoir anthropologique en Amérique du Sud, souvent le fait d’amateurs (missionnaires, voyageurs, militaires, artistes, hommes de lettres), de savants européens aux XVIIIe-XIXe siècles, puis d’ethnologues au XXe siècle ;
  • les confrontations et jeux d’influences entre les représentations savantes et les représentations artistiques, littéraires et cinématographiques des communautés amérindiennes et afro-descendantes ;
  • le développement et l'institutionnalisation d'une recherche anthropologique nationale dans les pays étudiés, entre ethnographie, ingénierie sociale, science appliquée et activité militante en faveur des communautés, articulés à une interrogation sur la place de l'anthropologie dans le processus de construction des États-Nations et de formation d'une identité nationale confrontée à la question de la place des communautés amérindiennes, afro-descendantes et métisses ;
  • les phénomènes d'appropriation, de distanciation et de transformation des pratiques et du savoir ethnographique, anthropologique, par les communautés (amérindiennes, afro-descendantes, métisses, etc.) dans leur travail identitaire et leurs revendications ;
  • l'impact théorique des ethnographies latino-américaines et la formation de nouveaux objets d'études spécifiques aux terrains d’Amérique du Sud et centrale et à ses métissages, ses syncrétismes culturels et religieux.

Le colloque international de lancement de l’IRN s’est déroulé en juin-juillet 2022 à Paris.

En savoir plus sur le colloque